Le Président de la République et le Premier Ministre viennent de confirmer, en créant un Ministère de la Mer, leur volonté d’accélérer la stratégie maritime de notre pays.

Ils ont transformé en acte leurs engagements et leurs ambitions maritimes pour la France que le Président avait déclinés le 3 décembre dernier à Montpellier lors des Assises de l’Economie de la Mer. La création d’un Ministère de la Mer de plein exercice est un message très fort en réponse aux espoirs qu’il avait suscité dans toute la communauté maritime. L’attente était devenue particulièrement forte au fil du temps et de façon encore plus pressante face aux conséquences de la crise sanitaire.

Avec plusieurs de mes collègues parlementaires de la majorité nous savons que la communauté des gens de mer, cette grande famille recomposée, est hétéroclite. L’absence d’une approche commune et globale constitue un handicap. Par ailleurs, l’intervention d’une dizaine de ministères auprès des nombreuses filières ne simplifie pas la visibilité et l’efficience des actions du gouvernement.

Aussi, pour relever les défis et répondre aux enjeux, ce nouveau Ministère de la Mer doit être puissant. Il doit tracer cette nouvelle voie qui préserve à la fois nos océans et contribue au développement harmonieux de l’économie bleue.

Son périmètre fera sa grandeur. C’est pourquoi il n’y a pas d’autres choix que de réunir en son sein la pêche et l’aquaculture, les ports et le transport maritime, les EMR, la formation maritime, la recherche, la construction navale, le nautisme et le littoral.

Le Ministère de la Mer devrait :

  • Développer une économie compétitive et décarbonée;
  • Privilégierledialogueaveclespartenairessociauxpouraméliorerlesconditionsde travail;
  • Adapter les formations initiales et continues pour préserver et créer denouveaux emplois;
  • Intensifier le programme structurant de recherche sur l’océan, gage d’uneconnaissance scientifique solide pour protéger le milieu marin et sa biodiversité;
  • Provoquer l’envie de mer pour la jeunesse en créant un programme éducatifambitieux;
  • Renforcer le volet diplomatique au niveau européen et international.

    La tâche est immense. Le choix politique est désormais porté par Annick Girardin Ministre de la Mer. Ainsi, notre nation s’engage pour que le XXIème siècle soit réellement maritime.