🌐 Depuis les cinq dernières années, les Burundais vivent dans l’une des dictatures les plus féroces du 21e siècle. Les manifestations pour la légalité constitutionnelle et la protection des Accords historiques d’Arusha ont été réprimées dans le sang. Des centaines de milliers de Burundais ont pris la route de l’exil, des milliers d’autres ont été soit tués soit emprisonnés. La terreur s’est installée.

🗞 Avec mes collègues parlementaires nous sommes très inquiets de constater que tous les signaux alarmants ne semblent inquiéter la communauté internationale pour prendre des mesures qui s’imposent afin de protéger le peuple Burundais.

Les déclarations ne peuvent pas empêcher le Burundi de sombrer dans les violences post-électorales généralisées.