Le constat est aujourd’hui implacable, les femmes sont sous-représentées dans le monde politique local :

> 16 % de femmes sont maires

> 7,5 % de femmes sont à la tête de structures intercommunales

> 28 % de femmes sont premières adjointes

> 6 femmes dirigent des villes de plus de 100 000 habitants

« Nous avons besoins des femmes en politique »

Membre de la Délégation aux droits des femmes de l’Assemblée nationale, j’ai organisé avec Huguette Legros, présidente de l’association Femmes et élues de la Manche, vice-présidente du réseau national « Elles aussi », le premier Atelier-échanges portant sur l’engagement des femmes en politique : « Citoyennes aujourd’hui, Maires demain ».

Les objectifs de cette première réunion sont à la fois d’identifier les freins qui se posent à l’engagement des femmes en politique que d’inciter les femmes à oser s’investir dans la vie locale. Dans les communes de moins de 1000 habitants, seul 17% des femmes sont des maires. Cela pose un problème tant éthique que démocratique ! 

L’engagement politique n’est pas réservé aux hommes ou aux experts. Chacune d’entre nous est susceptible d’exercer un mandat d’élue puisque l’essentiel est de vouloir s’intéresser aux autres. L’envie de s’impliquer est primordiale, ensuite les compétences suivent.

Le cadre législatif est en train d’évoluer dans le bon sens puisque le projet de loi « Engagement et proximité » examiné au Parlement cet automne facilitera l’engagement local, en particulier pour les femmes. Les frais de garde d’enfants lors de l’exercice de son mandat seront ainsi systématiquement pris en charge par la collectivité et des formations aux nouvelles élues seront dispensés dès le premier jour de mandat.

Nous avons besoin des femmes en politiques. Aujourd’hui, plus que jamais.